Archives

2013

JEUDI 24 JANVIER / 20h30
théâtre du saulcy université – metz
paf 8/5 euros

L’Autopsie A Révélé 
Que La Mort Etait Du A L’Autopsie 
“L’autopsie joue … Borbollono”
Prof. Franck De Quengo
Prof. Alan Courtis
Prof. Sebastien Borgo
Prof. Nicolas Marmin aka_bondage

Chamaeleo Vulgaris
Chamaeleo vulgaris joue Romero
Re-montage par Frederick Galiay du film « The Night Of The Living Dead » de George A. Romero.
Jean-Sébastien Mariage – guitare électrique
Frederick Galiay – basse électrique

La fin du monde étant programmée fin 2012, nous serons tous des morts vivants début 2013. Voyons dès maintenant ce nouvel état avec cette soirée musicale et cinématographique !

L’autopsie a révélé que la mort était due à l’autopsie est un projet musical initié en 2007.  Le projet aime emprunter aux univers du Chamanisme, de l’Art Brut, de la médecine et de la littérature. La musique est radicale, expérimentale et improvisée : stridences, voix extra-humaines, distorsions, litanies… le tout mêlé à une bonne dose d’ironie. Pour l’occasion ils nous feront découvrir la musique de Jean-Philippe Borbollono, composietur né le 29 Juillet 1696.

La Nuit des morts vivants, film passé culte dès sa sortie en 1968, est le tout premier film réalisé par George A. Romero, âgé de 28 ans. D’avis de cinéphiles insurpassable, malgré les tentatives ultérieures d’innombrables émules, il lui vaut d’être considéré comme le maître du genre, depuis 40 ans et jusqu’à aujourd’hui (en 2011 encore, il était invité pour présider le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg). En 2010, Frederick Galiay a l’idée de remonter le film culte de Romero, en vue d’une performance live, image et son. Il lui apparait, dès lors que ce film peut prendre une ampleur bien différente lorsqu’il tronque la quasi totalité des dialogues. Ceci laissant une place de choix à la musique qu’il imagine abstraite et inquiétante.

___
__

MARDI 12 FÉVRIER / 20h30
Les Trinitaires rue des trinitaires – Metz
paf 8/6 euros – 6 euros en prévente

J.DEMIERRE/O.LEE
Jacques Demierre – piano  [Suisse]
Okkyung Lee – violoncelle  [Corée du sud]

H.BOUBAKER/G.FOCCROULLE/S.LEBRAT
Heddy Boubaker – synthé modumaire analogique
Geneviève Foccroulle – piano [Belgique]
Soizic Lebrat – violoncelle [Nantaise]

Belle soirée d’exploration acoustique en perspective avec deux parties fortes/intenses dans leurs rigueurs et approches respectives de leurs instruments.

En première partie, une paire fascinante, le tandem Jacques Demierre/Okkyung Lee, réunis autour d’une écoute mutuelle et là aussi à l’intensité rare. Les deux tracent, inlassablement de nouvelles frontières entre silence et matière sonore. Tensions exacerbées, bascules soudaines, mouvements suspendus, les frontières entre corps et instruments sont elles aussi abolies. Un duo à la voix unique, qui déploie son tissu sonore pour mieux éclater le cadre instrumental attendu, pour dessiner son propre chemin, à la fois dense et dilaté. Une matière intime et vertigineuse, sculptée dans le flux du temps.

« La première fois, on s’est rencontré chez Sylvette, en mai, il faisait beau et chaud. On a joué devant un public venu écouter du jazz. La fois suivante, c’était l’été chez Geneviève. Elle a fait du jus de gingembre pendant qu’Heddy faisait la sieste et Soizic des interviews. Ça s’est terminé par un terrible orage qui s’est déclenché pendant la fêtedu village.
Pour les prochaines, on ne sait pas encore ce qui se passera, ni quel temps il fera… »
Suspendue, méditative, poétique, fluctuante, engagée : une musique à trois voix générée dans l’instant de la rencontre.

___
__

MERCREDI 6 MARS  /  20h30
Péniche l’astrophone – Quai des régates

ZERFU DEMISSIE [Ethiopie]
Zerfu Demissie  – begana

THE EX
Terrie Hessels guitare, guitare bariton
Arnold De Boer chant, guitare, sampler
Andy Moor guitare, guitare bariton
Katherina Bornefeld batterie, chant

Le groupe hollandais THE EX, avec plus de 30 ans d’existence et autant d’albums, a une trajectoire bien surprenante.
C’est d’abord une constante ouverture musicale qui s’appuie sur des rencontres foisonnantes. C’est aussi la dimension politique qui émane de leur mode de fonctionnement à l’écart des poncifs du rock, de la musique savante, ou de la musique du monde. C’est bien une approche singulière de la musique qui se cristallise, faite d’éthique, de générosité, d’exigence et d’humilité. La « Ex-music » ça ne se range pas… ça s’écoute !

Zerfu Demissie joue de la Benega, une harpe à 8 cordes, sorte de lyre que l’on trouve uniquement en Éthiopie, avec un bzz de vibrations quasi-hypnotiques. Surnommé « harpe du roi David », la légende veux que genre David, roi de Jerusalem , ait reçu cette harpe des mains de Dieu (elle même) il y a à peu près 3000 ans.

___
__

LUNDI 25 MARS / 20h30
Eglise saint Maximin rue Mazelle – metz
paf 8/5 euros

X.CHARLES/N.VELIOTIS 
Xavier Charles – clarinette
Nikos Veliotis – violoncelle [Grèce]

MUNE
Jean Luc Guionnet – orgue
Claire Bergerault – voix soprano

Lorraine terre de musiques nouvelles (musique Action, Densités, Musique en mouvement, emil13… fragment) qui irrigue, influence les autres arts et les spectacles. De nombreuses productions théâtrales voient le jour depuis quelques années avec en son rang la présence de musiciens de la scène des musiques nouvelles, improvisées, … Preuve en est : les 4 musiciens de ce soir joue dans Manque au Nest pour le premier duo, la musique du second est présence dans Vêpres de la vierge bienheureuse au Théâtre du Saulcy.

Xavier Charles & Nikos Véliotis
Il y a dans le travail de ces deux là, un goût pour la matière sonore,
pour le flux et l’écoute des espaces. Improviser ne veut pas dire laisser aller.
Écouter ne veut pas dire copier. Inventer ne veut pas dire suivre.
Vibrations, souffles, frottements, pulsations.

La musique de Mune est improvisée, et se nourrit des lieux, de l’architecture, de l’espace sonore qu’elle traverse et qu’elle creuse avec les sons générés par l’orgue et la voix. Claire Bergerault explore toutes les facettes de l’art vocal au sens large du terme. Elle se plait à détourner le chant de sa ligne, s’empare des syllabes, les façonne, jusqu’à ce qu’on ne puisse parfois définir qui de l’organique (la voix) ou du non-organique (l’orgue) fait entendre le son de « la voix humaine ». Renouvelant le genre de l’improvisation à l’orgue,  Jean-Luc Guionnet fait entendre cet instrument d’une manière personnelle et novatrice, faisant surgir toute sortes de sons les plus inouïs, les plus inattendus. Il sculpte le son, et « l’exprime comme on le dit d’un citron ».

Mercredi 3 avril /12h12
Bibliothèque universitaire saulcy  – Metz
entrée libreMIKE MAJKOWSKI solo
Mike Majkowski – contrebasse [Australie]

Mike Majkowski a commencé ses activités en tant que bassiste de jazz mais a depuis développé un intérêt actif pour la musique à la nature exploratoire et expérimentale. Il joue énormément en solo, explorant l’utilisation de techniques étendues sur son instrument développant ainsi son son et son style de jeu..
___
_
Mardi 9 avril /20h30
Théâtre du Saulcy 

DAVID CHIESA solo
contrebasse /cadre de piano- basse électrique

ARRAYS
Hervé Birolini – machine son
François Donato – machine son
Olvier Irthum – machine lumière

Arrays est d’abord un «  live electronics  » qui mêle écriture, improvisation, et mise en situation de la musique dans une scénographie vidéo et lumineuse. Une pièce qui chemine dans une écriture de l’électronique qui empreinte autant à l’électronica qu’aux traditions de la musique concrète ou improvisée. Mais, Arrays est aussi une interrogation de la mainmise des outils numériques sur la production du sensible.

Autodidacte, David Chiesa débute la musique dans diverses formations rock comme bassiste électrique. Tourné depuis 1997 vers l’improvisation, il oriente son travail sur la relation à d’autres pratiques artistiques (danse,poésie, cinéma).Intéressé par le réel comme matière de jeu, il est amené à rencontrer le collectif Ouïe Dire (Marc Pichelin, Jean Pallandre, Laurent Sassi, Xavier Charles…) avec lequel il développe des liens entre l’improvisation « musicale » et la phonographie. Il est membre co-fondateur de l’association Le Clou basée en Dordogne engagée dans la réflexion et la diffusion des pratiques de l’improvisation.
Depuis quelques années il expérimente un dispositif composé d’un cadre de piano électrique Baldwin et d’une basse électrique. Ce concert a donc deux parties très distinctes, l’une à la contrebasse, l’autre avec le dispositif précédemment cité.
___
_
Mercredi 17 avril /20h30
Les Trinitaires rue des Trinitaires – Metz
paf 8/6 euros – 6 euros en prévente

SONIC PROTEST / METZ
avec le soutien de l’Institut Confucius de l’université de Lorraine

COMPUTER PIPA
Li Dai Guo – pipa [Chine]
Laurent Jeanneau (Kink gong) – ordinateur

TORTURING NURSE [Chine]
Junky – dispositif electroacoustique
Youki – dispositif electroacoustique

Depuis 2003, le festival Sonic Protest propose des évènements curieux à des spectateurs intrépides, ou l’inverse (c’est selon), un panorama subjectif et non exhaustif des musiques expérimentales et des pratiques plastiques qui y sont associées.  Né en île-de-France, du côté de Montreuil, la manifestation se déploie depuis dans de nombreuses villes comme Marseille, Nantes, Lyon, Bruxelles, Genève ou… Metz !
Pour ce premier passage à Metz, Sonic Protest, en collaboration avec l’association Fragment et les Trinitaires propose deux projets qui viennent de Chine, pour la première fois en France à l’invitation du festival.
Junky (Cao Junjun) et Youki (Xu Cheng) sont deux figures incontournables des nouvelles musiques expérimentales (rock électronique) chinoises. Formé en 2004, leur groupe s’est rapidement fait connaître internationalement pour leur performances actionnistes. Leur discographie compte pas moins de 130 éditions (vinyl, K7, CD etc…) dans lesquelles on les retrouve au côtés de grands noms des musiques noise comme Zbigniew Karkowski, Makoto Kawabata, The HATERS, Richard Ramirez, Government Alpha etc….
Computer pipa est le fruit d’une rencontre entre Li Dai Guo  et Kink Gong.
Li Dai Guo s’est perfectionné dans l’usage d’instruments traditionnels tout en utilisant ces derniers dans la tradition moderne occidentale de l’improvisation. Il joue ainsi de la viole, violoncelle, malimba, erhu et bien sûr du pipa (luth de quatre cordes, a frets hautes, un des plus anciens instruments de musique chinois) et on le retrouve live ou en renregistrement, aux côté de Sainkho Namtchylak, FM3, Yan Jun, Zuo Xiao Zu Zhou, Tristan Honsinger etc…
Ethnologue DIY, c’est sous le nom de Kink Gong que le musicien français Laurent Jeanneau, installé dans le Yunnan depuis plus de 10 ans, documente et enregistre sous le nom de Kink Gong, les musiques des minorités ethniques principalement d’Asie du Sud-Est, pour beaucoup menacées.
Pisteur de singularités sonores puisées au bout du monde, Laurent Jeanneau enregistre les scènes du quotidien d’Asie du Sud-Est, avec son micro et son sac à dos. Les sons, ensuite publiés sur son label King Gong, font de cette démarche musicale originale un véritable voyage sonore.
___
_
Lundi 6 mai /20h30
Centre Pompidou – Metz
paf 8/5 euros

OTOMO YOSHIHIDE 
Otomo Yoshihide guitare / platines [Japon]

MICHEL GUILLET  
Michel Guillet électronique

Fondateur du groupe historique Ground Zero, Otomo Yoshihide est l’artiste le plus reconnu du réseau japonais des musiques nouvelles. Guitariste, platiniste, compositeur et improvisateur, sa musique dépasse les cadres et catégories prévues pour que tout soit rangé à sa place. Avec plus de 150 références discographiques, Otomo est un workhaholic infatigable, arrivant encore à surprendre et capable de débarquer là où on l’attend le moins. La liste de ses collaborations est infinie, mais on peut citer au hasard Sachiko M, Martin Tétreault, Günter Müller, Taku Sugimoto, Christian Marclay, Keith Rowe, Toshimaru Nakamura, Jon Rose, John Zorn, etc, etc, etc………. Il est par ailleurs également souvent amené à produire des bandes son pour le cinéma, la danse ou la télévision.
Michel Guillet, auteur d’un très bon dernier disque « Behind Nothing » déverse une musique électroacoustique aux accents bruitistes, qui doit autant aux débuts de la musique concrète qu’aux expériences-bruits plus contemporaines. Le travail s’élabore sur la création de séquences sonores à partir de synthétiseurs analogiques, de guitares fortement traitées, ainsi que d’un travail de feedback. Elles sont composées en strates, qui agissent en interaction et en tension, créant un espace dessiné souvent assez dense et en perpétuel mouvement. Michel Guillet collabore régulièrement avec des chorégraphes contemporains ainsi qu’avec des plasticiens dont il élabore des environnements sonores ou des musiques de vidéos. Il a participé à de nombreux festivals de musique électronique (Présences Electroniques – Paris, Free Son, European Sound Delta, Mal au Pixel, etc…)
___
_
Samedi 11 mai/18h00
Librairie Géronimo – Metz
entrée libre
en partenariat avec l’association La méridienne

JUDY DUNAWAY
Judy Dunaway – ballon [Etats Unis]

Judy Dunaway (1964 Mississippi) est une artiste compositrice d’avant garde, improvisatrice libre, artiste sonore, créatrice d’installation sonore, connue principalement pour ces travaux avec des ballons en latex, les ballons de baudruche.
Depuis 1990, elle a créé plus de 30 pièces pour Ballons et utilise aussi en principal instrument pour ses improvisations.
___
_
Mercredi 29 mai /20h30
Théâtre du saulcy université – Metz
paf 8/5 euros

THE DOGMATICS
Chris Abrahams – piano [Australie]
Kai Fagaschinski – clarinette [Allemagne]

YUKO OSHIMA
Yuko Oshima – batterie [Japon]

The dogmatics, un duo avec Chris Abrahams et Kai Fagaschinski dans des transversalités et des symétries de timbres aux échos feldmaniens. Chris Abrahams est peut-être plus connu pour son travail avec le trio The Necks. Mais ses collaborations sont nombreuses ; ici allié à la précision du souffle de Kai Fagaschinski, déjà vu à Metz avec Los glissandinos.

Un solo de Yuko Oshima à la batterie n’a pas d’équivalent. Un soin extrême est apporté à l’élaboration de tout un univers au point que les percussions s’y perdent. La brutale volupté qui se dégage de l’ensemble n’est pas sans rappeler la culture paradoxale du Japon. Une aventure hautement recommandée, sans complexe et accessible tant Yuko emmène le public dans son univers poétique, organique et microscopique.
__
_
__

__
_

2012

MARDI 24 AVRIL /20h30

Théâtre du Saulcy Université – Metz
paf 8/5 euros

Denley /Gorfinkel /Majkowski [Australie]

Jim Denley – saxophone, flute
Dale Gorfinkel – trompette modifiée, sculptures cinétiques
Mike Majkowski – contrebasse

Marzan/ Russell [France, Angleterre]

Pascal Marzan – guitare
John Russell – guitare

Des australiens à Metz.
Jim Denley, Dale Gorfinkel et Mike Majkowski viennent du bout du monde, se connaissent depuis plus de 10 ans et nous offrent une musique radicalement mais joyeusement décalée.
L’Australie nous donne une scène musicale éclectique et foisonnante. Nous aimons ces musiciens qui sont là pour le son, pour nous apporter un son nouveau, une émotion, non plutôt une sensation nouvelle. Denley (sax et flute) Majkowski (contrebasse) nous ouvrent des textures musicales inusitées. Gorfinkel, lui, sculpte ses instruments. Garanti sans didgeridoo.

Duo de guitare improvisé par deux musiciens très différents, de deux pays différents. En dépit (ou peut-être, à cause) de leurs différences, les cordes de nylon du Français et les cordes d’acier de l’Anglais s’assemblent parfaitement. Une fois encore le monde de l’improvisation libre réunit des musiciens d’horizons très différents afin de créer un tout unifié. De dialogues tendus en phases de relâchement, le duo (formé en 2005) improvise des pièces qui élèvent le contraste au rang de principe. Une musique désassemblée qui oppose les harmoniques au grattage insistant, et qui met en relief une complicité guitaristique aux accents fluides mais acides.

MERCREDI 2 MAI / 20h00

Salle Michel Bonnet – place de l’hotel de Ville – Woippy

Réservations au 03 87 30 69 48  info@woippymusique.fr
paf 6,5/5 eurosLe Petit Archipel
Ce concert est la présentation d’un travail d’atelier d’improvisation mené par Louis-Michel Marion (partenariat Fragment / école de musique de Woippy) qui s’est déroulé en 5 séances. Différents points de vue sur l’improvisation ont été abordés et ici organisés pour créer une pièce de forme ouverte.

En seconde partie, l’Archipel Nocturne en quartet présentera une composition de Malcolm Goldstein, compositeur/improvisateur (entre autres partenaire de John Cage et d’Ornette Coleman) avec qui cet ensemble a tissé des liens forts.
avec Annabelle Dodane et Philippe Berger (altos), Louis-Michel Marion (contrebasse) et René Le Borgne (percussions)

JEUDI 17 MAI / 18h00
Centre Culturel André Malraux
place de l’hotel de Ville – vandoeuvre
Festival Musique Action
Réservations au 03 87 56 15 00  ccam@centremalraux.com
+
La Face cachée de la lune
musique de Pink Floyd
un projet de Thierry Balasse
programme complet du festival www.musiqueaction.com

__
_
JEUDI 10 MAI / 20h00

théâtre du saulcy université – metz
en prélude au spectacle No way, Véronica
paf 12/8/5 euros

Franck Vigroux  – électronique

Musicien féru d’électronique, Franck Vigroux compte à son actif bon nombre d’enviables collaborations, que ce soit avec Elliott Sharp, Marc Ducret, Hélène Breschand, Bruno Chevillon ou encore Joey Baron et Andrea Parkins.
Fondateur du label D’Autres Cordes, tête pensante de Push The Triangle, officiant aussi bien aux platines et dispositif électronique qu’à la guitare.

__
_
VENDREDI 11 MAI /20h00

théâtre du saulcy université – metz
en prélude au spectacle No way, Véronica
paf 12/8/5 euros

XYZ
Pierre-Yves Martel  – feedback
Philippe Lauzier – clarinette basse préparée
Martin Tétreault – égaliseur de bande amplifié

Orchestration de sons post-industriels; sources électrifiées et/ou acoustiques; vibrantes polyphonies de matières; quelques rythmiques et mélodies sous-jacentes; un désert de sable où poussent des épinettes. Messieurs Martel, Tétreault et Lauzier créent, dans un environnement fertile, la formule xyz.

__
_
MERCREDI 13 JUIN /21h00

Les trinitaires rue des trinitaires – metz
Réservations au 03 87 20 03 03  billetterie@lestrinitaires.com
paf 8/6 euros

4 solos 
Aki Onda – cassettes, électronique [Japon]
Xavier Saiki – guitare préparée, ampli
Gert Jan Prins – radio, électronique [Pays Bas]
Sophie Agnel – cordophone/nopiano

En voilà une bien belle soirée d’impro électronique électroacoustique : 4 solos, 4 manières aussi différentes/originales l’une de l’autre qu’intrinsèquement complémentaires et qualitatives, d’envisager des lutheries : de la cassette audio par Aki Onda, à l’électronique analogique brouillée d’onde radio de Gert Jan Prins, en passant par le cordophone, nouvel instrument inventé pour Sophie Agnel (un nopiano pour cette pianiste) et la guitare préparée de Xavier Saiki !
Une soirée hors-cadre, à placer sous le signe de la découverte sonore – en espérant un temps clément pour profiter de cette musique variée et éclectique dans le magnifique cloître des Trinitaires (repli à couvert assuré en cas de pluie).Jeudi 12 juillet /de 18h à minuit
Cour des Lapidaires – Metz
entrée libre dans le cadre du NBlabLE FEU
Christophe Cardoen
Feu/installation/lumières/conception
Lionel Marchetti
Dispositif sonore/spatialisation /magnétophones à bande magnétique/ électroacoustique

Le feu. Le feu (entre les colonnes, les vestiges et la poussière…)…
et c’est à cette lumière rapide pour un crépuscule,
pour une nuit  qu’il nous sera donné de raviver les pierres de mémoire et les sarcophages enfouis sous nos pieds —
— le feu, colonne mouvante, vivante et dangereuse
embrasera tout un monde de sons et de particules visibles
et audibles ; braises et flammes amplifiées
comme on amplifierait la flamme d’une chandelle gigantesque qui façonnerait un lieu de mémoire devenu véritable lanterne magique retournée sur elle-même, mélangeant l’aujourd’hui à notre passé…__
_
Jeudi 12 juillet /18h45, 19h45, 20h45
Frac Lorraine – Metz
entrée libre dans le cadre du NBlab et de l’exposition Doug Wheeler
jauge limitée
Ombrophilia
Tomoko Sauvage, artiste sonore
Inspirée du Jalatharangam, instrument indien constitué d’une série de bols de porcelaine remplis d’eau, Tomoko Sauvage a élaboré un dispositif à la fois virtuose et désarmant de simplicité. Elle joue avec le son de l¹eau, sous toutes ses formes, la pluie, les vagues, le ressac. Sa musique, calme et méditative, suscite de multiples expériences. Le balancement régulier de l’eau, le clapotis des gouttes, les résonances légèrement assourdies se fondent en un paysage sonore à la fois étrange et familier. Nous voici plongés dans une perception du monde modifiée, filtrée par l’élément aquatique…__
_
Jeudi 19 juillet /18h30
Théâtre du Saulcy Université – Metz
entrée libreDeh Fuggi Mio Core ! (titre provisoire)
Philippe Berger : violon alto et guitares, voix en français
Louis Michel Marion : viole de gambe, contrebasse, guitare basse
Alain Meyer : violes de gambe, facteur de violes, estampes et gravures du XVIIe
Michel Igisch : violes de gambe, voix en chinoisDans le cadre d’une résidence de Philippe Berger sur l’année 2013 à Saint-Claude et la montagne du Haut-Jura, en partenariat avec Saute-Frontière, la Maison de la poésie, le Parc régional du Haut-Jura, La Fraternelle, le Festival de musique de Saint-Claude, le FRAC de Franche-Comté, nous désirons créer un ensemble de musique baroque-contemporaine autour de la viole de gambe et de la poésie.
Cet ensemble réunira une diversité de potentiels allant de la facture de violes à la guitare électrique, en passant par la poésie chinoise et française, la gravure du XVIIe siècle, l’écriture et l’improvisation.
La première rencontre de travail a lieu au théâtre du Saulcy avec Fragment du 16 au 19 juillet 2012. À la suite de cette rencontre, nous établirons un programme qui sera joué au cours de l’année 2013, non seulement dans le cadre de la résidence de Ph. Berger, mais aussi lors de diverses autres occasions. Un enregistrement est également envisagé.__
_
Samedi 21 juillet /de 16h30 à minuit
Parvis des droits de l’homme /Centre Pompidou – Metz
entrée libre dans le cadre de Metz en FêteXXL EXTRA LARGE
La Ville de Metz avec le Centre Pompidou-Metz, les associations Fragment et Musiques Volantes ainsi que la Fédération des Œuvres Laïques de la Moselle vous réservent un programme Extra Large !  La seconde édition du dernier temps fort de Metz en Fête vous convie à participer à des performances collectives décalées, sur le parvis du Centre Pompidou-Metz.INTERNATIONALESONORE.ORG
16h30. 17h30. 18h30. 19h30. 21h00. 22h00
Par le duo Kristoff K.Roll
Grâce à une connexion internet Very Double High Speed Quality Net, dans ce Cyber café, vous pourrez vous connecter aux micros que des correspondants ont placés judicieusement en divers lieux de la planète: oui vous êtes entrés dans un web micros ! Au casque, recherchez des connexions surprenantes. Sur une carte du monde, choisissez votre destination sonore, et immédiatement, en direct, voyagez sans mal des airs, plongez dans l’univers des voix, des sons, des bruits du monde.LES DISPOSITIFS INTERACTIFS D’AL1 ET ANT1
en continu à partir de 16h30
Délirez avec les installations sonores interactives d’Al1 et Ant1 (du collectif Métalu A Chahuter) ! Leur  objectif : rendre la musique électronique accessible au plus grand nombre en proposant des jeux poétiques et des espaces d’improvisation collective.
LE KARAOKE ELECTRO-ACOUSTIQUE. Contribuez à la création d’un univers sonore inédit avec neuf machines fabriquées maison, à base de vieilles boîtes des années 50, de boutons et lumières colorés, de microphones sur flexibles.
LE HURL-O-MATIC. Soyez-vous même, avec les autres… et avec le Hurl-O-Matic ! Utilisez cette machine à hurler pour vaincre votre timidité. Laissez-vous aller : braillez, vociférez, rugissez, époumonez-vous dans ses tubes et tuyaux, pour « faire le cri le plus fort du monde ».
LE VELO EN CHANTANT. Le vélo en chantant vous invite à faire une balade à vélo immobile… mais en chantant ! Sur un panneau, décoré façon Tour de France à l’ancienne, se trouve un grand écran où l’on voit un vélo défiler sur une route. Assis sur la selle, le micro devant la bouche, on chante la petite mélodie que l’on entend en arrière-plan. La route devient alors une sorte de partition pour les chanteurs cyclistes.
LES CLOCHE-PIEDS. Dans la lignée de leurs précédentes créations, Al1 et Ant1 ont inventé une machine musico-pédestre, sous la forme d’une installation poétique et musicale.
Egalement à voir, vivre, regarder, écouter lors de cette folle après midi
LES LECTEURS / David Rolland / 17h et 19h
une surprise partie participative proposée par le Centre Pompidou-Metz
LA COLONIE DE VACANCES / 20h30
concert quadraphonique avec Pneu, Electric Electric, Marvin, Papier Tigre
proposé par Musiques volantes
PROJECTIONS EN PLEIN AIR / 22h15
3 films muets de Charlie Chaplin, créés en 1917 !
proposés par la Fédération des oeuvres laïques
Mercredi 26 septembre /12h12
bibliothèque universitaire saulcy  – metz
entrée libre
I.DUTHOIT / F.HAUTZINGER
Isabelle Duthoit – clarinette/voix
Franz Hautzinger  – trompette [Autriche]Franz Hautzinger souffle le vent par la trompette pour qu’Isabelle Duthoit puisse s’envoler telle une libellule rougeoyante.
Elle joue de la clarinette comme de sa voix : telle une enfant qui voudrait tous les rôles de l’histoire de la princesse à la sorcière, et les prendrait tous très délicatement. Il joue de sa trompette comme s’il était les éléments du monde. A eux deux, ils peuvent, si on les suit, nous inventer un univers dont il sera difficile de sortir.
Rêver avant de manger. Pour une rentrée envolée…

__
_
_
Dimanche 21 octobre/16h00

Cathédrale place d’armes – metz
entrée libre
en co-réalisation avec le Centre Pompidou-Metz – exposition Sol Lewitt dessins muraux de 1968 à 2007

CHARLEMAGNE PALESTINE

Charlemagne Palestine – orgue

Tel un alchimiste des résonances sonores, Charlemagne Palestine recherche le son pur, va à l’essentiel, à l’essence même du son. Comme chez d’autres « minimalistes » (auquel il préfère le terme de Maximalistes), on est au-delà de la musique, on atteint une expérience transcendante, une élévation spirituelle, ferveur et excès d’une mystique du sonore : le  temps est suspendu, l’atmosphère profonde et mystérieuse. Ses sonorités construisent des formes (d’apparence statique) en changement et mouvement permanents, une calme apparence cache une activité sonore immense et subtile.
À Metz, il investit la Cathédrale – entouré d’une armée de peluches, des divinités – et il est à parier que sa quête alchimique du son parfait, de ce drone absolu qui engloberait tout le spectre harmonique, sera avantageusement relayée par l’acoustique du lieu pour un grand moment de sagesse, de beauté et d’ivresse.

“Alchimiste minimaliste, Charlemagne Palestine est aussi un des plus importants artistes de la performance new-yorkaise. Il y a, à cet égard, quelque chose d’héroïque et même de shakespearien dans la mise en représentation du personnage qu’il s’est choisi. Ainsi, peut-on le voir s’avancer à petits pas vers la scène, un éternel verre de cognac à la main et le dos voûté. «Pour ressembler à Quasimodo, le sonneur de cloches de Notre-Dame », s’amusera-t-il à nous confier… Mais qu’importe : dès que ses doigts se posent sur les touches d’ivoire, c’est très vite qu’il nous emporte avec lui dans son désir sans cesse relancé de s’accorder à la vibration fondamentale de l’univers.”
Daniel Caux.

__
_
_
Lundi 22 octobre/20h00

Frac lorraine 1 bis rue des trinitaires – metz
paf 4/3 euros – jauge limitée – réservation conseillée
en co-réalisation avec le FRAC – exposition Doug Wheeler

MURAL
Jim Denley – flûte et saxophone  [Australie]
Kim Myhr – guitare acoustique  [Norvège]
Ingar Zach – percussions  [Norvège]

Le trio Mural. Trois hommes entrent dans la pièce, prennent leurs instruments et nous perdent dans leurs sons. La douceur, la force, le claquement et la caresse, ces trois musiciens maîtrisent parfaitement notre perdition mentale. Et puisqu’ils nous tiennent par la main, ils nous permettent un rêve éveillé, un décollage sécurisé. Il faut les écouter, entendre les peaux, les anches, l’air et les cordes, les bols, et leur poésie.
Quand le Grand Nord rencontre le Plein Sud, ils se retrouvent au 49N6E – Frac Lorraine, près de Doug Wheeler.

__
_
_
Du 29 novembre au 1er décembre

différents lieux de metz
un partenariat Fragment/CinéArt
avec l’EPCC Metz en scènes, la librairie Géronimo et Cinémetz.
Corps sous influence : le jazz à l’écran – Improcinejazz
Programme sous réserve car en cours d’élaboration (soirée du jeudi et après midi et soirée du samedi), disponible définitivement fin septembre
3 jours autour de Jazz, impro et cinéma.
Des films de fictions menés au rythme du jazz, des films documentaires sur des musiciens qui ont fait et font le jazz de maintenant (le free jazz), une rencontre littéraire et des concerts.

Jeudi 29 novembre – les trinitaires

Fictions et jazz avec Gilles Mouellic

Vendredi 30 novembre /19h00

théâtre du saulcy université – metz
paf 12/8 euros – repas offert
PLATEAU TV – Daunik Lazro
un concert, un repas, un film
19h00 concert – trio Daunik Lazro/Géraldine Keller /Benjamin Bondonneau
20h00 repas
21h00 projection Horizon Verticel de Christine Baudillon

Figure majeure de la musique improvisée européenne, le saxophoniste Daunik Lazro est depuis trente ans le défricheur inlassable de nouveaux territoires, dans l’héritage du jazz ou cultivant ses marges. Un parcours intransigeant, autodidacte, qui est avant tout le signe d’une grande exigence de soi. Daunik Lazro découvre le jazz à la fin des années 1950 avec Sidney Bechet, puis Charlie Parker, Ornette Coleman… C’est ce dernier qui l’amène à adopter le saxophone alto. Au milieu des années 70, il fait ses classes avec le contrebassiste américain Saheb Sarbib, puis s’associe à l’aube des années 1980 avec notamment Jean-Jacques Avenel, Siegfried Kessler ou George Lewis, pour des formations de plus en plus engagées dans l’improvisation libre.
Une soirée pour découvrir ce monsieur de la musique de maintenant, pour entendre sa musique se mêler à celle de Géraldine Keller et Benjamin Bondonneau et un repas pour aller plus loin !

Samedi 1er décembre
12h12 – librairie Géronimo
rencontre débat avec Guillaume Belhomme
15h – les trinitaires / projection
Soldier of the road, de et en présence de Bernard Josse
18h – les trinitaires  / projection
Siegfried Kessler a love secret, de et en présence de Christine Baudillon
20h30 – les trinitaires/ concerts
The ames room J.L.Guionnet/W.Guthrie/C.Thomas
Trio Michel Portal/Bruno Chevillon/Daniel Humair

__
_
Mercredi 12 décembre /12h12
soit le 12 du 12 du 12 à 12h12
bibliothèque universitaire saulcy  – metz
entrée libre

300 BASSES
Jonas Kocher accordéon, objets [Suisse]
Luca Venitucci accordéon, objets [Italie]
Alfredo Costa Monteiro  accordéon, objets [Portugal]300 basses est un froissement, un bruit de fond surgi de notre perception : un bruit dont la source n’est plus cet instrument vieux de près de 5000 ans, dans sa forme la plus primitive, mais ce même instrument recomposé, revisité dans des configurations qui l’éloignent de ce qu’il est actuellement : une boîte avec un soufflet et des boutons. La boîte était pour la résonance, le soufflet pour la vibration et les boutons pour construire une identité sonore qui est restée pratiquement figée pendant des siècles.
300 basses est un exemple de comment la musique s’abandonne au son, dépasse les préceptes et les attentes, pour finalement s’inscrire dans un espace où rien de ce qui devrait être ne l’est vraiment et où rien de ce qui devrait sonner ne sonne vraiment.

__
_
Mercredi 12 décembre /20h12
les trinitaires rue des trinitaires – metz
paf 8/6 euros – 6 euros en prévente

HUNTING MAELSTROM
Arnaud Paquotte basse [France de l’exil]
Jean-Philippe Gross électronique [France de l’exil]
Morten J. Olsen batterie [Norvège]

BRUMASSEL [France de l’intérieur]
Bruno Fleurence – guitare acoustique, objets
Marie Cambois – corps
Hugo Roussel – guitare électrique

Vandalism, Violence & Love. La musique de Hunting Maelström se situe entre écriture et improvisation. Le trio distille une musique abrasive, brute et sans concessions. A la croisée des chemins qui mènent à la musique contemporaine et au noise le plus extrême, les trois membres élaborent des constructions sonores abstraites entrecoupées de véritables déflagrations sonores des plus jouissives.

Brumassel est un trio réunissant Bruno Fleurence, Marie Cambois et Hugo Roussel. Les trois improvisateurs construisent un espace esthétique brut, où cohabitent mouvements de corps, textures sonores de guitares et bruit d’objets musicaux.

__
_

Publicités