Tom Johnson / Catherine Lamb / James Tenney by Dedalus, Agnel, Dang + Les couleurs du prisme, la mécanique du temps de Jacqueline Caux – 04 juillet 2018

Mercredi 4 juillet / 20h00
Parvis du CentrePompidou-Metz
Entrée libre

en lien avec l’exposition La Monte Young, Marian Zazeela, Dream House, 1990
repli prévu en cas d’intempéries

SYMMETRIES
49 Miniatures symétriques pour piano quatre mains de Tom Johnson (1981-1990)
par Sophie Agnel & Barbara Dang

Les Symmetries sont une série de 49 pièces très courtes que le compositeur franco-américain Tom Johnson a écrites sur la base de dessins qu’il a faits en 1980, utilisant pour cela une machine à écrire la musique. Ces dessins, composés entièrement de symboles de notation musicale, étaient une étude conceptuelle sur la symétrie dans la musique. Sophie Agnel et Barbara Dang tracent, chacune à leur manière, une voie dans le paysage de la musique improvisée à travers leur usage très personnel du piano étendu.

Tom Johnson est un compositeur franco-américain né le 18 novembre 1939 à Greeley (Colorado). Il vit à Paris depuis 1983. Il a étudié à l’université de Yale et a suivi des cours privés avec Morton Feldman. Après 15 ans à New York, il s’installe à Paris en 1983 où il vit avec son épouse, l’artiste Esther Ferrer.
Il s’identifie lui-même comme compositeur minimaliste; en fait, il a rencontré ce terme en écrivant des critiques musicales pour le magazine Village Voice. Depuis il a compilé un certain nombre d’articles sur le sujet dans son livre The Voice of New Music, sa définition du terme évoluant avec les années : « En 1972, j’ai écrit un article dans le Village Voice intitulé « The Slow-Motion Minimal Approach », qui est généralement considéré comme la première référence sur la musique minimale dans la critique musicale. Je suis revenu sur cette question plusieurs fois, jusqu’en 2001, lorsque j’ai écrit un nouvel essai pour introduire l’exposition « Musica silenciosa » au Musée Reina Sofia de Madrid, pour laquelle j’étais le commissaire. Encore dix ans plus tard, en 2011, il apparaît nécessaire de revenir à nouveau sur ce sujet. La musique minimale me semble aujourd’hui plus vivante et importante que jamais, et ma définition encore plus large. Il conviendra de mettre à jour mes réflexions sur ce sujet, et de faire entendre une variété d’exemples, autant européens qu’américains. »

OVERLAYS – TRANSPARENT/OPAQUE ( 2013)
de Catherine Lamb
SWELL PIECES (1967-71)
de James Tenney

Pour ce concert, l’ensemble Dedalus, reconnu internationalement pour ses interprétations du répertoire minimaliste, réunit deux compositeurs du courant spectral et de l’intonation juste.
Les oeuvres ont également en commun la forme en arche dans laquelle les sons et les instruments apparaissent et disparaissent brouillant les frontières entre les hauteurs et les timbres.

Dedalus Ensemble
Amélie Berson, flute ; Pierre-Stéphane Meugé, saxophone ; Cyprien Busolini, alto ;
Deborah Walker, violoncelle ; Thierry Madiot, trombone ; Didier Aschour, guitare.

LES COULEURS DU PRISME, LA MÉCANIQUE DU TEMPS Jacqueline Caux (2009)
21:30
Echange avec la réalisatrice Jacqueline Caux
22:30 / Accès libre
Les couleurs du prisme, la mécanique du temps est inspiré par l’itinéraire d’un passeur: Daniel Caux, tout à la fois musicologue, essayiste, homme de radio, qui aura pratiqué une activité constante de découvreur dans le champ des musiques expérimentales, minimales, répétitives, postmodernes, et de la techno, ceci tout au long de ces quatre dernières décennies particulièrement riches en créations, inventions et expérimentations. Une plongée musicale au cœur des mondes de John Cage, Pauline Oliveros, La Monte Young, Terry Riley, Steve Reich, Philip Glass, Meredith Monk, Gavin Bryars et Richie Hawtin.

Ecriture: Daniel Caux
Production et réalisation: Jacqueline Caux
Image: Claude Garnier, Patrick Ghiringhelli
Son: Eric Boisteau, Pascal Humbert
Montage: Dora Soltani
Postproduction : Centre national d’art et de culture Georges Pompidou
Service audiovisuel: Laurie Szulc
Chargée de production: Murielle Dos Santos
Etalonnage: Didier Coudraie
Mixage: Jacques Guillot Avec La Monte Young, Terry Riley, Steve Reich, Philip Glass,
Pauline Oliveros, Meredith Monk, Gavin Bryars, Richie Hawtin aka Plastikman et, grâce à des archives, John Cage.

Publicités