13 novembre – TOC & Dave Rempis / Isohata-Yakushi-Misuzu/ José Guerreo – Café du lancieu – 19h

Mercredi 13 novembre – 19h00 – entrée libre
– 4 bis rue du lancieu – Metz
(Attention changement de lieu !)

TOC & Dave Rempis
Dave Rempis : saxophone [Etats-Unis]
Jérémie Ternoy Fender : Rhodes, Piano Bass
Ivann Cruz : guitare
Peter Orins : batterie

ISOHATA/YAKUSHI/MISUZU [Japon]
Shinichi Isohata guitare
Naoyo Yakushi objets percussifs
Misuzu danse buto

RASTREJO
José Guerreo électronique

Toc invite Dave Rempis à se joindre au trio en février 2018 lors du concert de sortie du disque « Will Never Play These Songs Again » à la malterie. La rencontre est instantanée, l’entente immédiate. Pouvait il en être autrement ?
Le saxophoniste est aujourd’hui une figure du free-jazz de Chicago, après avoir poursuivi une formation d’ethnomusicologie au Ghana, dont se ressent son Percussion Quartet où ses orageux saxophones soufflent sur la braise de rythmes intenables. Mais c’est au sein du Vandermark 5 qu’il s’est fait connaître, avant de se lancer dans ses propres projets comme The Engines, Ballister ou le trio qu’il forme actuellement avec Joshua Abrams et Avreeayl Ra.
Le trio Toc quant à lui aime à ne pas se définir… Recherchant inlassablement depuis sa création en 2008 où la pratique improvisée les mènera, les trois musiciens multiplient les formes et les rencontres, aiment se perdre dans les esthétiques et les styles, perturbent les repères. Comme leur nom semble l’indiquer, les membres de Toc sont plutôt obsessionnels voire compulsifs. Leurs comportements frénétiques, ritualisés mais non contagieux accompagnent l’auditeur dans un espace-temps en effervescence avant de le ramener à la terre ferme dans un état plus ou moins trouble.
Outre leur goût de l’improvisation sans barrière ni oeillère, Toc et Dave Rempis partagent une énergie et une puissance communicative, jouent la densité et la transe organique et jubilatoire.

ISOHATA a été le dernier élève du guitariste historique de la scène free japonaise : Masayuki « Jojo » Takayanagi après d’autres guitaristes plus illustres comme Otomo Yoshihide et Kazuo
Imai. ISOHATA en a été profondément influencé dans sa façon de penser l’acte musical et le son, sa morale. Il a retenu de ces années passées dans l’ombre de son maître un goût pour le travail, la
perfection, l’exigence. Jeu dessinant des mélodies fantômes tissées d'harmoniques, tissage sonore aux motifs complexes. Pendant ses années d’études il pratiquait son instrument jusqu'à 12 heures par jour, sans autre distraction ou vie sociale à la manière d’un moine. ISOHATA a développé un jeu tout en retenue, au seuil du silence, d’une grande humilité, entre composition et improvisation.
Il n’y a jamais rien de démonstratif malgré sa technique ahurissante, Shin’ichi ISOHATA est comme ces moines haikistes qui préfèrent à l’accumulation, la raréfaction, la pauvreté pour révéler la beauté. Tout semble dessiné, posé avec une grande délicatesse. Travail d'épure et d'abstraction. Il est accompagné de la pianiste Naoyo Yakushi. Tout deux crée autour de la danse de Misuzu une trame fragile, mouvante, danseuse aux 2 visages semblant sortir des ténèbres butô.

RASTREJO est le projet électronique bizarre de José Guerrero, un des musiciens les plus actifs et créatifs d’Espagne. Il a une carrière intense qui comprend plus de 40 enregistrements et plus de 800 concerts, étant membre de groupes comme Betunizer, Jupiter Lion, Cuello ou Segunda Persona. Il est également fondateur du label Mascarpone Discos et ingénieur de mastering dans son propre studio Plataforma Continental.
Avec Rastrejo, il cherche une façon libre et ouverte de faire de la musique, en utilisant le rythme comme personnage principal, mélangé à une vision abstraite et très personnelle du monde des sons. Rastrejo a sorti 11 albums depuis le début du projet en 2008.

info
http://www.fragment-asso.com
info@fragment-asso.com